Marche à l’étoile

Titre : Marche à l’étoile

Auteur : Hélène Montardre

Éditeur : Rageot

Note :  10/10

unnamed

Résumé :

L’histoire de Marche à l’étoile raconte le périple de Billy, esclave de Géorgie qui tente de fuir vers le nord pour gagner sa liberté.

Critique :

Comme vous pouvez le constater à la note que j’ai donnée à ce livre, je l’ai adoré ! J’ai aimé ce livre très très très très fort ! J’ai eu la chance de le recevoir avant sa publication puisque je l’ai lu en juillet. Je me suis jetée dessus quand j’ai vu le thème abordé : l’esclavage. Pour ceux qui ne le savent pas, je viens de l’île de la Réunion. Mes ancêtres étaient des esclaves et j’ai toujours vécu dans une atmosphère qui fêtait la liberté. Par exemple, le 20 décembre, on fête l‘abolition de l’esclavage. Bref, j’ai donc une histoire assez spéciale avec le thème de l’esclavage et j’étais donc très contente de retrouver un texte qui en  parlait à direction d’un public un peu jeune. Rappelez vous, j’étais déjà contente de trouver ce thème dans la littérature avec le roman No Home publié chez Calmann Lévy !

Bon, je ne suis pas là pour vous parler de No Home mais de Marche à l’étoile. La grande majorité du texte, on suit Billy dans toutes les étapes de sa fuite. On le découvre au début de l’histoire en tant qu’esclave. Sa grand-mère est en train de mourir. Elle profite de le voir une dernière fois pour lui raconter un secret. Elle lui parle de ses origines et lui donne une boucle d’oreilles en or avec une pierre précieuse verte. Cette boucle d’oreilles va apparaître tout au long du récit. Elle est important, elle est belle et représente une histoire au delà de ce qu’on peut imaginer.

J’ai peur que les mots me manquent pour cette chronique parce que ce livre m’a vraiment bouleversée. Suite à un malentendu, Billy va se retrouver en fuite. Il va avoir peur, il va courir, marcher, survivre dans la nature avec l’ombre d’un chasseur d’esclaves derrière lui. Il va essayer de tout faire pour rester en vie, pour devenir libre. J’ai adoré le suivre dans sa fuite. J’ai aimé l’écriture de l’auteur que j’ai trouvé à la fois dure et douce. Hélène Montardre arrive à nous donner des informations clefs sur la condition d’esclaves aux États-Unis durant les années 1840. Je ne sais pas combien de temps elle a passé à faire des recherches, à essayer de les insérer dans son texte mais c’est beau et c’est réussi.

Billy va rencontrer plusieurs personnes durant son trajet vers le nord. Certaines vont l’aider, d’autre vont le trahir mais jamais il n’abandonnera, jamais il ne se laissera abattre. Il n’a pas le choix, s’il veut rester en vie, s’il veut rester libre, il doit se battre ! Le lecteur est complément plongé dans cette quête de la liberté. Le lecteur ne lâche pas Billy d’une semelle. On le suit à travers toutes les étapes, à travers toutes ses émotions. On a peur comme lui, on désespère comme lui et au contraire, on gagne parfois de l’espoir en même temps que lui. Le lecteur est, le temps de cette lecture, l’esclave. Et c’est beau. C’est beau de montrer la réalité à des ados. C’est beau d’en parler plusieurs décennies après. C’est beau de se souvenir et de chercher à se souvenir. Comme je vous l’ai dit, cette histoire me touche personnellement et ce, même si l’esclave vient des États-Unis. Pour moi, la souffrance des esclaves est universelle. Un jour, je vous parlerai de ma visite dans les plantations de la Nouvelle Orléans et vous verrai à quel point les conditions de vie étaient similaires entre la NOLA et L’île de la Réunion. Ce livre est beau. Il est touchant. Je l’aime d’amour et c’est mon nouveau coup de coeur.

Je ne vous en dis pas plus parce que j’aimerais vraiment que vous découvriez ce texte par vous même. La dernière partie de l’histoire se déroule de nos jours, entre les États-Unis et la France. Elle apporte un petit plus. La partie de Billy avait comme un goût d’inachevé qui sera corrigé avec cette dernière partie… mais chut ! Allez le lire !

Temps de lecture :

J’ai été complètement prise par ce livre. Je l’ai lu durant les trajets jusqu’à Japan Expo, en six heures donc (oui j’y étais plusieurs jours de suite).

Support utilisé :

Livre papier.

image4

12 commentaires sur “Marche à l’étoile

Ajouter un commentaire

  1. Je suis ra-vie de cette chronique.
    Est-ce que tu connais Océania ? C’est une tétralogie futuriste d’Hélène Montardre, qui a été l’une de mes séries préférées lorsque je l’ai découverte (vers 9-10 ans je pense. peut-être 11-12. hum…). Par la suite, j’ai lu quelques autres livres d’elles (je ne me souviens plus lesquels) et je n’ai pas été spécifiquement emballée (je veux dire, pas autant qu’avec Océania).
    Alors voir qu’un de ces romans a été un coup de coeur! Je vais me jeter dessus.

    (coucou, ceci est mon 1er commentaire sur ton blog ^^) (je crois)

    J'aime

    1. je ne connaissais pas ses autres ouvrages mais j’ai vu qu’elle avait écrit océania. Je vais mettre le tome 1 dans ma PAL très très bientôt ! j’espère l’apprécier 🙂

      Et merci pour ton premier commentaire sur le blog 😉

      J'aime

  2. Sans avoir aucun lien de sang avec des êtres humains qui ont vécu la période de l’esclavage, c’est un thème qui m’intéresse beaucoup autant qu’il m’horrifie.
    Récemment j’ai lu Le labyrinthe vers la liberté de Delia Sherman qui propose une incursion temporelle à cette époque. Si Marche à l’étoile arrive en bibliothèque je l’emprunterai pour sûr 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :