Dédale

Titre : Dédale

Auteur / dessinateur : Takamichi

Maison d’édition : Doki-Doki, Bamboo Édition

Note : 9,5/10

album-cover-large-30285

Résumé :

Un survival comme vous ne l’avez jamais vu : positif et intelligent !

Reika et Yôko, deux étudiantes, errent dans un gigantesque bâtiment, véritable dédale sans fin défiant l’imagination. Seul indice : un mystérieux message posé sur une table basse signé Tagami, un célèbre créateur de jeux vidéo, qui semble en savoir long sur cet endroit. Quelle est la nature de l’étrange lieu dans lequel elles errent ? Pourquoi Reika et Yôko sont-elles le seul espoir de l’humanité ?Découvrez un « survival » à l’atmosphère unique, où les héroïnes devront garder leur enthousiasme et l’esprit vif pour espérer retrouver le monde réel !

Une véritable pépite lauréate du prix du meilleur scénario aux Japan Expo Awards 2017 !

Chronique :

Si vous me suivez un peu sur les réseaux (si c’est pas le cas, il y a les icônes à côté qui vous enverront directement sur les divers réseaux), vous avez pu remarquer que j’ai commencé à lire des mangas. Ce n’est pas du tout mon genre de prédilection, je n’en lis pas des masses et pour le moment, il n’y avait aucune chronique de ce genre sur le site. Il est temps de changer tout ça !

Un des mangas que j’ai lu est le premier tome de Dédale paru dans la collection mangas Doki-Doki de Bamboo Édition. C’était une agréable surprise. J’y ai découvert un univers très rythmé avec beaucoup de références aux codes du jeu vidéo. Je ne suis pas une énorme fan de jeux vidéos. J’aime bien ça mais sans plus. Je peux passer facilement une année sans jouer à quoi que ce soit. Les codes de jeux vidéos sont très faciles d’accès. Il y a des références je pense mais je suis pas assez calée sur le sujet et honnêtement ça ne m’a posé aucun soucis. Ce sont surtout des petits clins d’oeil que tout un chacun peut comprendre. De plus, les héroïnes sont des gameuses qui travaillent dans une entreprise de jeux vidéos et l’univers dans lequel elles sont retenues peut faire penser à un niveau de jeu. Il y a des boss, des monstres, des quêtes. Il y a même des objets cachés qu’il faut trouver pour avoir une aide dans la résolution d’une quête. Honnêtement, j’ai vu mon mini Link progresser dans mon jeu Zelda avec sa cape et ses bottes hyper rapides ! Bref, il y a tout ce qui peut rythmer un bon jeu et j’ai adoré!

Ensuite, ce manga est addictif grâce aux deux personnages principaux. Ce sont deux nanas, deux étudiantes qui travaillent à temps partiel dans une boîte, qui ont pour mission de trouver tous les bugs dans les jeux vidéos. Elles doivent ensuite en faire part aux créateurs pour qu’ils puissent les corriger. Ces deux filles sont complètement barrées! La première est ronde, voire laide (et c’est elle qui le dit pas moi !). Elle a un franc parler hors du commun, un coeur aussi gros que le monde entier ; elle est courageuse, intelligente, adore le monde virtuel et elle est fidèle à ses proches. Je crois que des deux, c’est elle que je préfère. Elle est authentique et je la trouve adorable et drôle. La deuxième, qui est le personnage principal, est totalement badass et aussi un peu folle furieuse. Elle vit dans les jeux vidéos. Elle ne jure que par ça ! Elle fuit la réalité avec une facilité déconcertante. Elle ne se contente pas de suivre ce qu’on lui dit de faire. Quand une personne verra deux solutions à un problème, elle en trouvera beaucoup d’autres qui seront peut être plus farfelues mais qui sont, selon elle, réalisables … Je l’ai trouvé attachante mais j’ai eu un énorme coup de coeur pour l’autre personnage.

L’univers est intéressant. On se retrouve dans un huis clos assez suspect. Elles sont dans un monde qui change, qui évolue, mais ce monde est fermé et elles n’arrivent pas à en sortir, elles n’arrivent pas à rentrer chez elle. J’ai adoré les voir essayer de trouver LA bonne solution pour sortir de ce labyrinthe.

Capture d’écran 2017-07-12 à 15.17.02.png

Je ne peux que vous conseiller ce manga qui a remporté le prix du meilleur scénario de Japan Expo Award 2017.

Temps de lecture :

Les mangas se lisent très vite. J’ai mis un trajet pour lire celui là, donc une heure à peu près.

Support utilisé : 

Tome 1 emprunté.

image4

5 commentaires sur “Dédale

Ajouter un commentaire

  1. J’ai arrêté de lire des mangas pendant des années x) Je ne sais pas si je m’y mettrai un jour, si c’est le cas ce sera uniquement avec des one shot ou des séries très courtes. C’est dommage que je ne sois pas plus au courant de ce qui se fait au niveau des mangas, mais heureusement que des chroniques comme la tienne paraissent 😀

    J'aime

    1. Dédale, c’est en deux tomes seulement 🙂 tu peux y aller tête baissée ! et je ne suis pas très calée en mangas haha juste que j’ai atterri dans une maison d’édition qui en fait du coup, c’est plus facile pour commencer 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :